RENCONTRE

avec

nina métayer

Délicatisserie

carte-nina-1
nina-metayer-portrait-partenaire-1

NINA MÉTAYER​,

chef de file de la pâtisserie au féminin

A bien des égards, Nina Métayer insuffle un vent nouveau sur la pâtisserie française. Enchaînant les distinctions les unes après les autres depuis dix ans, elle a décidé cette fois-ci de gravir le sommet de la reconnaissance, l’institution du concours de l’un des Meilleurs Ouvriers de France. Si elle remporte cette compétition, réputée pour être la plus difficile et incompatible avec une vie de famille, elle sera la première femme à décrocher le titre de MOF pâtissier, et deviendra un modèle pour beaucoup d’autres femmes qui oseront franchir le pas.

De plus en plus de professionnels portent du Lafont, c’est un peu comme une famille, on communique beaucoup entre nous et on essaye de faire progresser ensemble les modèles dans une démarche RSE.

Ce challenge personnel illustre bien le caractère ambitieux  et engagé qui caractérise Nina, convaincue que les femmes ne sont pas reconnues à leur juste valeur, s’étant frottée de près à la misogynie du secteur. Aujourd’hui, elle se partage entre la Normandie, là où elle vit et a installé un laboratoire multifonctions, et Paris pour le contact avec les clients et la livraison des pâtisseries en Île-de-France, pour l’instant. « On a des projets pour toute la France », confie Nina pour qui rien ne semble impossible.

L'histoire de Nina Métayer

Issue d’une famille rochelaise qui lui a transmis le vrai goût des choses, la cuisine est un sujet de la plus haute importance chez les Métayer. Pourtant, Nina ne fait pas montre d’une passion quelconque pour la cuisine et le sucré, elle a plutôt envie de découvrir le monde. Elle a son premier déclic à 16 ans, lors d’un échange scolaire au Mexique. C’est là qu’elle tombe amoureuse du pain au contact d’une famille française. Elle rentre en France et décide d’intégrer un CAP boulangerie en alternance à La Rochelle. Les yeux rivés sur le Mexique où elle veut s’installer, la jeune femme rêve de sillonner la planète avec l’idée de partager le savoir-faire français à l’international. Tout juste diplômée, elle part en Australie et à son retour en France, elle prend conscience qu’elle doit compléter sa formation et choisit l’Ecole Ferrandi à Paris où elle sortira Major de sa promotion. 

Ensuite, tout s’enchaîne très vite, elle intègre en tant que commis la brigade de Yannick Alleno au Meurice. Elle devient rapidement demi-chef de partie. En 2015, Jean-François Piège qui vise les deux étoiles MICHELIN pour sa nouvelle adresse, le Grand restaurant, la nomme cheffe pâtissière – un nouveau défi qu’elle va relever avec brio. Le restaurant obtient ses deux étoiles un an après. Couronnée par ses pairs en 2016, avec le titre de «Pâtissière de l’année 2016» par le magazine Le Chef, puis l’année suivante, Pâtissière de l’année par le guide Gault et Millau, les distinctions s’enchaînent à une vitesse éclair. Vient le tour du grand public de découvrir le visage de la jeune femme sur M6, dans l’émission à succès Le Meilleur pâtissier, sur France 2 dans Qui sera le prochain grand pâtissier et sur Teva avec Sucrément bon. Forte d’une solide notoriété, ce qui fait d’elle l’une des pâtissières les plus influentes de sa génération, Nina sent souffler le vent de l’indépendance. Après la direction des créations sucrées du groupe Café Pouchkine, elle migre quelques temps à Londres pour le projet de création du Mercato Metropolitano, tout en continuant de transmettre son savoir-faire via sa chaîne Youtube et auprès des 120 000 abonnés sur Instagram qu’elle tient en haleine chaque semaine avec ses desserts. 

Les news de Nina Métayer

Nos égéries

Rencontre avec Nina Métayer

La démarche de Lafont donne du sens, ce n’est pas seulement une recette gourmande et artistique, elle est aussi symbolique d’une démarche et d’une philosophie.

Lire la suite

Inscription Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter Lafont, qui contient nos nouveautés, les récits de nos dernières actualités et les meilleurs conseils pour vos vêtements de travail.