L’HISTOIRE DU BLEU DE TRAVAIL

Quand le plus ancien fabricant Français de vêtement de travail et un designer croisent leur univers, cela donne une collection à l’élégance fonctionnelle.

Nicolas Sandjian, PDG de CEPOVETT Group, nous parle du bleu de travail sur le Journal du 20h de TF1. Une salopette portée par Coluche ou alors Sophie Marceau dans « La Boum« , ainsi qu’une veste portée par Jean Gabin dans son film « La Bête Humaine« , et très récemment par le célèbre chanteur Pharrell Williams dans son mythique clip Freedom.

Découvrez Lafont 1844, une collection de prêt-à-porter qui reprend les codes historiques du vêtement de travail.

« L’histoire du bleu de travail » diffusé sur Le Journal de 20h de TF1, ce vendredi 22 novembre 2019.

C’est au 19e siècle qu’est né le bleu de travail. À l’époque, il était réservé aux travailleurs qui avaient besoin de vêtements résistants. Il est aujourd’hui porté par les fashion victims.

Ce bleu de travail séduit le monde de la mode depuis ces dernières années, et Lafont a su saisir cette opportunité en s’associant au designer Louis-Marie de Castelbajac, fils du célèbre Jean-Charles de Castelbajac, donnant alors naissance à la collection Lafont 1844.

La collection propose de nombreux grands classiques revisités : des tenues de travail ton sur ton, avec des bandes de nuit réfléchissantes en nylon ou de petites poches poignets, des poches secrètes dans presque toutes les vestes. Le jeune créatif revisite également des salopettes de travail ainsi que de combinaisons, pour des produits plus fins et ajustés. Son objectif : « Créer des vêtements de travail contemporains et intemporels, revenir aux originaux et les enrichir de certains détails. »